L’économie circulaire sort la tête des poubelles / Jean-Christophe Delhaye

000200764_5

A l’occasion des deuxièmes assises de l’économie circulaire, les acteurs de la filière veulent aller au-delà du recyclage pour travailler sur la conception des produits ou encore la coopération des acteurs économiques.

Ces 17 et 18 juin se déroulent à Paris les deuxièmes assises de l’économie circulaire, organisées par l’Institut de l’économie circulaire et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Les organisateurs considèrent que l’économie circulaire est de plus en plus connue. Outre son entrée dans le Larousse cette année, elle a surtout trouvé sa place au sein de « la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui lui consacre un article complet« , rappelle la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, qui n’a pas assisté à l’évènement mais y a fait lire un texte.

« La loi prévoit de revoir tous les cinq ans une stratégie pour orienter l’économie vers l’économie circulaire« , rappelle-t-elle. L’objectif est d’atteindre un taux de valorisation des déchets de 55 % en 2020 et 65 % en 2025. Elle rappelle en particulier la volonté de créer une filière française de déconstruction des bateaux de sport et plaisance pour atteindre 4 000 démantèlements par an, contre seulement 400 aujourd’hui. Elle rappelle aussi l’interdiction pour les magasins de jeter des denrées non périmées.

Pour les acteurs de la filière, la question est désormais de ne plus se limiter aux déchets. « Nous sortons le nez de la poubelle ; le recyclage n’est qu’un des axes de travail« , affirme Bruno Léchevin. Le président de l’Ademe appelle à mobiliser les milieux de l’industrie, de l’urbanisme et de l’agriculture autour de meilleurs comportement. Il croit fermement en une émulation, constatant que « l’attention pour l’économie circulaire croît à un moment où le prix des matières premières est en baisse en particulier dans l’énergie car tout le monde a conscience que le renchérissement est inéluctable. »

2 millions d’emplois

Pour François-Michel Lambert, président de l’Institut de l’économie circulaire et député EELV des Bouches-du-Rhône, les acteurs économiques sont à la manœuvre. « Je suis impressionné par le nombre de start-up qui remettent en question notre modèle de consommation (NDLR : le modèle linéaire de la matière première au déchet), en s’appuyant souvent sur la révolution digitale. Il y a également beaucoup de grands groupes qui inscrivent l’économie circulaire au cœur de leur stratégie. » Des multinationales des déchets comme Suez Environnement ou Veolia s’engagent. Le secteur pourrait apporter à l’Europe un gain de 3% de PIB et créer 2 millions d’emplois, selon les calculs de la Commission.

Il reste du travail. « La mise en application est complexe car elle interroge nos modes de conception, de production et de consommation. Cela demande aux acteurs du cycle de se faire confiance. Quand deux entreprises échangent un flux de vapeur, il faut poser un tuyau et s’entendre sur un prix. Mais il faut aussi accepter une forme de dépendance. C’est difficile« , explique Bruno Léchevin. Dénonçant les « forces conservatrices » qui freinent la recherche de sobriété, le patron de l’Ademe appelle à ce que la « frugalité » soit un indicateur de performances de l’entreprise.

Ludovic Dupin

Publicités

Auteur : Jean-Christophe-Delhaye

Jean-Christophe Delhaye Toute l'actualité mondiale de l'économie circulaire /circular economy et de l'environnement! All the news,videos,conferences about the circular economy in the world. Eco-friendly & open to the world ;) Jean-Christophe Delhaye

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s