Transports, déchets, accessibilité… La piqûre de rappel de la MEL contre le manque de civisme! Jean-Christophe Delhaye

manque-de-civisme-jean-christophe-delhaye

 

Ne pas se garer sur un trottoir ou un passage pour piétons, retirer ses poubelles de la voie publique, proposer sa place à une personne âgée dans le bus… Une simple question de civisme ? Sans aucun doute. Mais comme le civisme a besoin d’une bonne piqûre de rappel, la MEL part en campagne !

On peut, depuis le début du mois, les voir sur des panneaux publicitaires dans la rue et dans le réseau Transpole. « Oui, je devrais céder ma place, mais ça va, j’arrive dans 2 ou 3 arrêts » lit-on sur celle-ci, où un homme est assis dans le bus devant une personne avec des béquilles, debout. « Mes poubelles bloquent le passage, mais bon tout le monde fait la même chose », sur cette autre, tandis qu’un malvoyant se faufile entre les déchets. Deux de ces affiches de sensibilisation mises en place par la Métropole européenne de Lille (MEL) concernent encore le stationnement sauvage, que ce soit sur des places destinées aux handicapés ou sur le trottoir. Avec toute la gêne imaginable. Et à chaque fois la même formule : « Stop aux bonnes excuses »

« Penser à l’autre »

« On estime que l’accessibilité et la mobilité sont l’affaire de tous, que les habitants de la métropole soient frappés ou non par le handicap », explique Anne Voituriez, conseillère métropolitaine déléguée à ces domaines. « Il est important pour chacun d’entre nous d’avoir les bons comportements, de penser à l’autre. » Puisque cela ne va pas sans dire, la MEL a lancé cette campagne en deux temps : « Il y aura un rappel en janvier, avec les mêmes affiches. »

Les cibles sont les automobilistes, « qui ne doivent pas empêcher les autres de circuler », les usagers des transports en commun – « Laisser sa place dans le bus ou le métro, c’est une question de courtoisie et d’évidence. » Mais aussi les locataires ou les propriétaires. « Il faut retirer ses poubelles de la rue en dehors des jours de collecte, poursuit Anne Voituriez. Et entretenir les végétaux pour ne pas qu’ils débordent sur l’espace public. »mobilité-jean-christophe-delhaye.jpg

Parler mobilité, c’est aussi, forcément, aborder les transports en commun. Dans la métropole lilloise, du moment que les ascenseurs ne sont pas hors service, toutes les stations du métro Transpole sont accessibles aux personnes se déplaçant en fauteuil. Il n’y a pas de marches entre les stations et les rames. Ce qui n’est pas le cas dans toutes les grandes villes, y compris des capitales européennes. Les annonces sonores permettent aux malvoyants de savoir à quelle station ils se trouvent dans le métro et le tramway. Les sols aux abords des escaliers sont munis de petits reliefs pour signaler l’obstacle.

Le réseau de bus est plus compliqué : seuls deux tiers des véhicules du parc disposent de planchers bas, permettant un accès facilité grâce à des rampes rétractables. L’objectif est que l’ensemble des bus puissent, à terme, être équipés. Pour les personnes handicapées à plus de 80 % existe le service Handipole.Le-Mel-accessibilité-personnes-handicapees-jean-christophe-delhaye.jpg

La MEL lance une campagne pour sensibiliser ses habitants à l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR). Mais quel exemple montre la collectivité territoriale ? « Nous avons finalisé l’agenda de programmation de travaux le 26 septembre », indique Anne Voituriez. Même si des aménagements ont déjà été réalisés, ce « document énorme » a donc vu le jour un peu plus de dix ans après le vote de la loi sur l’égalité des chances !

« C’est un boulot énorme qui n’a pas été fait pendant l’ancienne mandature, affirme la conseillère métropolitaine élue en 2014. On ne peut pas en porter la responsabilité. Depuis que nous avons le dossier en charge, nous avons fait ce qu’il fallait ».

L’Eurométropole ne sort pas des clous pour autant : le délai d’application de la loi (dix ans, au départ) a été maintes fois reporté. Et si les collectivités avaient jusqu’au 27 septembre pour remettre un calendrier détaillé des chantiers à effectuer dans leurs établissements recevant du public (ERP) ou installations ouvertes au public (IOP), ces travaux peuvent encore s’échelonner sur six ans. Neuf pour le cas de la MEL, au vu du nombre de structures : 55 ERP et 29 IOP (parcs, parkings, bâtiments institutionnels, musées…) Le coût de ces aménagements est estimé à un peu moins de 4 millions d’euros hors taxes.

« On sera dans les règles, assure Anne Voituriez. Après, il y aura toujours une démarche d’amélioration continue. »

 

Article ‘Voix du Nord’ (France) sélectionné par Jean-Christophe Delhaye

Publicités

Auteur : Jean-Christophe-Delhaye

Jean-Christophe Delhaye Toute l'actualité mondiale de l'économie circulaire /circular economy et de l'environnement! All the news,videos,conferences about the circular economy in the world. Eco-friendly & open to the world ;) Jean-Christophe Delhaye

Une réflexion sur « Transports, déchets, accessibilité… La piqûre de rappel de la MEL contre le manque de civisme! Jean-Christophe Delhaye »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s