COP21 : « Le changement climatique pose un défi à l’intelligence » Jean-Christophe Delhaye

COP21-Le-changement-climatique-pose-un-defi-a-l-intelligence_article_main-Jean-Christophe-Delhaye

ENTRETIEN avec Annamaria Lammel, maître de conférences à l’université Paris 8, anthropologue et docteure en psychologie cognitive, à l’occasion de la COP21.

 

Il y a souvent un abîme entre les discours prononcés par les chefs d’État en faveur du climat – comme au premier jour de la COP21 – et les décisions prises au niveau national. Nos gouvernants seraient-ils schizophrènes ?

Annamaria Lammel : En psychologie, nous parlons de biais cognitifs. Par exemple, nous savons très bien que fumer tue, et pour autant cela n’empêche pas les gens de fumer. De même, nous ne pouvons plus ignorer qu’acheter une grosse cylindrée est préjudiciable pour le climat et pour autant, beaucoup cèdent à la tentation.

Des mécanismes cognitifs se mettent alors en place pour s’auto-convaincre que le climat, ou le tabac, ou la bouteille de vin que l’on boit au déjeuner, n’est pas un problème.

La connaissance du changement climatique et de ses effets ne se traduit que très difficilement en action, comme le montre la lourdeur des négociations. Y a-t-il à cela des freins d’ordre psychologique ?

A. L. : La question du changement climatique pose d’abord un défi à l’intelligence. La psychologie a montré en effet que la cognition humaine, c’est-à-dire notre capacité à traiter des informations, est assez linéaire. Nous traitons les événements les uns après les autres. Or le climat est un phénomène complexe, non linéaire, qui fait l’objet de nombreuses boucles rétroactives difficiles à appréhender pour des non-climatologues.

Par ailleurs, la plupart des gens – en particulier dans les pays développés – n’ont pas d’expérience sensible et directe du changement climatique, ce qui limite là encore leur compréhension du phénomène. Quand vous vivez dans l’hémisphère Nord – là où s’élaborent de nombreuses décisions – vous vivez dans un climat tempéré, où chacun peut expérimenter le retour du froid chaque année et où l’on peut s’abriter de la pluie. Vous ne « vivez » pas le changement climatique.

Qu’en est-il du souci des générations futures ?

A. L. : Contrairement à ce que l’on croit, il n’est pas très développé dans les sociétés modernes individualistes. Des psychologues ont réalisé des centaines d’entretiens non directifs avec des Parisiens sur la façon dont ils pensent que le climat va évoluer dans les dix ou trente ans qui viennent. Beaucoup d’entre eux ont répondu qu’ils ne seraient plus de ce monde dans trente ans et qu’ils ne se sentaient donc pas concernés.

Plus surprenant : il n’y a pas de grande différence dans les réponses entre les personnes qui ont des enfants et celles qui n’en ont pas. L’éthique intergénérationnelle – cette idée que nous travaillons pour nos enfants et petits-enfants – perd très nettement du terrain dans nos sociétés occidentales.

Les chefs d’État ne sont-ils pas à l’inverse mus par l’idée de la postérité ?

A. L. : Je crois que les hommes politiques sont mus avant tout par le pouvoir, par leur capacité à diriger un groupe d’êtres humains, pour le meilleur ou pour le pire. Des études psychologiques ont montré que les formes d’intelligence différaient d’un individu à l’autre.

Les hommes politiques disposent d’une grande capacité inter-individuelle : ils sont capables d’avoir une grande influence sur les autres, de les diriger et que ceux-ci acceptent d’être dirigés par eux. Toute leur psychologie est tournée vers le pouvoir. C’est cela qui les motive le plus, y compris dans la négociation climatique.

La relation entre climat et pouvoir a d’ailleurs un long passé ! Je vous rappelle que Zeus, le maître de l’univers, était le symbole du ciel, de son éclat mais aussi de ses pluies et de ses orages.

À quoi vous intéressez-vous pendant ces quinze jours de la COP21 ?

A. L. : Je m’intéresse à cette relation entre climat et pouvoir. Regarder si les responsables politiques vont être capables de penser à un niveau « global », de développer une pensée systémique, au-delà des seuls intérêts nationaux.

Ces réunions internationales, tout comme le travail passionnant réalisé au sein du Giec, m’inspirent une autre réflexion. Nous sommes des êtres biologiques animés par l’instinct de survie. Ce dynamisme, cet enthousiasme dans l’accumulation des connaissances autour du changement climatique me font penser à un sursaut de l’espèce humaine, qui se mobiliserait – dans une logique biologique – face à un risque d’extinction.

Je crois que ce sursaut peut être très bénéfique, à condition que l’homme ne mette pas toute sa confiance dans les technologies et qu’il développe une véritable éthique vis-à-vis des autres espèces et de la nature en général.

Recueilli par EMMANUELLE RÉJU

COP 21 : Bill Gates réunit des milliardaires pour les énergies propres! Jean-Christophe Delhaye

Profitant de la COP 21, Bill Gates a annoncé la création de la Breakthrough Energy Coalition, un réseau réunissant pour l’instant une trentaine d’entrepreneurs comme Mark Zuckerberg, Xavier Niel et Richard Branson, pour investir dans des projets innovants de sources d’énergie propres. Un moyen de démontrer qu’il y a là de l’argent à gagner.

Les gouvernements hésitent, les hommes politiques négocient, les peuples renâclent : la protection de l’environnement, ou la sauvegarde la planète, comme on voudra, semble marquer le pas. Alors les grands milliardaires qu’on dit visionnaires veulent prendre les choses en main. Ils ont changé nos vies avec l’informatique (William H. Gates III, dit Bill Gates), la téléphonie pas chère (Xavier Niel, passé du Minitel rose à Free), l’hyperconsommation (Richard Branson, avec Virgin),Internet devenu centre commercial (Jeff Bezos, avec Amazon, et Jack Ma, avec Alibaba, l’équivalent chinois) ou Internet devenu lieu de rencontre entre les êtres humains (Mark Zuckerberg avec Facebook). Ils veulent changer notre avenir en allant conquérir l’espace, autre domaine un peu délaissé par les États : Jeff Bezos (encore lui) veut envoyer des fusées (Blue Origin) comme le font Elon Musk (ex-patron de PayPal et aujourd’hui de SpaceX et Tesla) et Richard Branson (avec Virgin Galactic et son SpaceShip).
Ils sont près d’une trentaine d’investisseurs, dont Bill Gates qui les a réunis dans la Breakthrough Energy Coalition, annoncée à l’occasion de la COP 21. Leur objectif, baptisé Mission Innovation, est de favoriser le développement de sources d’énergie propres, décarbonées et suffisamment peu coûteuses pour être exploitables dans tous les pays du monde. L’idée est que seule la technologie peut aider à résoudre le problème de l’énergie, question cruciale pour l’avenir de l’humanité.

Le secteur privé devra soutenir la recherche publique
Concrètement, cette coalition investira dans des entreprises ou des centres de recherche pour réaliser des projets qui n’auraient pas pu voir le jour. Comme l’explique le site de Breakthrough Energy Coalition, il s’agit d’intervenir au niveau de la « vallée de la mort », c’est-à-dire cette étape difficile entre la bonne idée et sa réalisation commerciale. « La recherche publique financée par les gouvernements donne de bons résultats, explique en substance la coalition sur ce site. Mais les fonds alloués aux énergies propres sont clairement insuffisants face aux défis qui sont devant nous. »
Ces milliardaires ne veulent pas investir à fonds perdus et l’objectif final est de gagner de l’argent en lançant des projets qui se développeront largement. Le réseau qui sera mis en place, expliquent-ils, devra coopérer avec les organismes de recherche publics et mettre en place « une structure transparente pour évaluer les projets ». Bill Gates n’en est pas à son premier pas dans cette direction. L’homme le plus riche des États-Unis avait déjà promis au début de l’année d’investir un milliard de dollars dans les cinq ans à venir dans « les technologies d’énergie propre ».

Profitant de la COP 21, Bill Gates a annoncé la création de la Breakthrough Energy Coalition, un réseau réunissant pour l’instant une trentaine d’entrepreneurs comme Mark Zuckerberg, Xavier Niel et Richard Branson, pour investir dans des projets innovants de sources d’énergie propres. Un moyen de démontrer qu’il y a là de l’argent à gagner.

 

Les gouvernements hésitent, les hommes politiques négocient, les peuples renâclent : la protection de l’environnement, ou la sauvegarde la planète, comme on voudra, semble marquer le pas. Alors les grands milliardaires qu’on dit visionnaires veulent prendre les choses en main. Ils ont changé nos vies avec l’informatique (William H. Gates III, dit Bill Gates), la téléphonie pas chère (Xavier Niel, passé du Minitel rose à Free), l’hyperconsommation (Richard Branson, avec Virgin),Internet devenu centre commercial (Jeff Bezos, avec Amazon, et Jack Ma, avec Alibaba, l’équivalent chinois) ou Internet devenu lieu de rencontre entre les êtres humains (Mark Zuckerberg avec Facebook). Ils veulent changer notre avenir en allant conquérir l’espace, autre domaine un peu délaissé par les États : Jeff Bezos (encore lui) veut envoyer des fusées (Blue Origin) comme le font Elon Musk (ex-patron de PayPal et aujourd’hui de SpaceX et Tesla) et Richard Branson (avec Virgin Galactic et son SpaceShip).

Ils sont près d’une trentaine d’investisseurs, dont Bill Gates qui les a réunis dans la Breakthrough Energy Coalition, annoncée à l’occasion de la COP 21. Leur objectif, baptisé Mission Innovation, est de favoriser le développement de sources d’énergie propres, décarbonées et suffisamment peu coûteuses pour être exploitables dans tous les pays du monde. L’idée est que seule la technologie peut aider à résoudre le problème de l’énergie, question cruciale pour l’avenir de l’humanité.

 

Le secteur privé devra soutenir la recherche publique

Concrètement, cette coalition investira dans des entreprises ou des centres de recherche pour réaliser des projets qui n’auraient pas pu voir le jour. Comme l’explique le site de Breakthrough Energy Coalition, il s’agit d’intervenir au niveau de la « vallée de la mort », c’est-à-dire cette étape difficile entre la bonne idée et sa réalisation commerciale. « La recherche publique financée par les gouvernements donne de bons résultats, explique en substance la coalition sur ce site. Mais les fonds alloués aux énergies propres sont clairement insuffisants face aux défis qui sont devant nous. »

Ces milliardaires ne veulent pas investir à fonds perdus et l’objectif final est de gagner de l’argent en lançant des projets qui se développeront largement. Le réseau qui sera mis en place, expliquent-ils, devra coopérer avec les organismes de recherche publics et mettre en place « une structure transparente pour évaluer les projets ». Bill Gates n’en est pas à son premier pas dans cette direction. L’homme le plus riche des États-Unis avait déjà promis au début de l’année d’investir un milliard de dollars dans les cinq ans à venir dans « les technologies d’énergie propre ».

 

Sourced through Scoop.it from: www.futura-sciences.com

Circular Economy package to regulate construction sector. Jean-Christophe Delhaye

The future Circular Economy Package will aim to create a market for reused construction materials salvaged from demolition sites. EurActiv France reports.

The future Circular Economy Package will aim to create a market for reused construction materials salvaged from demolition sites. EurActiv France reports.

Sourced through Scoop.it from: www.euractiv.com

COP21 : Paris change de méthode pour la deuxième semaine de débats ! Jean-Christophe Delhaye

conference-de-presse-de-fabius-a-la-cop-21-Jean-Christophe-Delhaye
Laurent Fabius à la conférence sur le climat COP21 Paris 2015 (Jean-Christophe Delhaye)

Un court instant, Laurent Fabius a cédé à l’émotion, brandissant le brouillon d’accord, remis samedi 5 décembre par les négociateurs de la conférence climat (COP21), comme on brandit un trophée, un soir de finale de Coupe du monde. Un court instant seulement. Le président de la COP21 s’est vite rassis pour exposer à l’assemblée plénière la méthode qu’il comptait suivre durant la deuxième semaine de débats. Lunettes vissées sur le bout du nez, les yeux plongés dans l’agenda de la séance, le ministre des affaires étrangères s’en tient, pour le moment, à un style sobre et prudent. Il sait que le plus dur commence pour la présidence française. « La négociation est entrée dans une phase cruciale », a rappelé François Hollande, présent samedi sur le site du Bourget.

Lire aussi : COP21 : les négociateurs adoptent une ébauche d’accord sur le climat

  • Que contient le texte de l’accord ?

En dépit des coups de frein et des coups de semonce qui ont émaillé la première semaine, l’équipe de M. Fabius dispose désormais d’un projet d’accord, obtenu dans les délais. Long de 43 pages, le document est un peu plus clair que la version examinée à l’ouverture de la COP et intègre des propositions de compromis sur chaque grand chapitre de la négociation (atténuation, adaptation, financement, etc.), même s’il comporte encore quelque 900 crochets à supprimer. Le document est complété par cinq pages de « notes de réflexion »reflétant les débats de vendredi sur ces propositions.

  • Quel est le calendrier ?

Une centaine de ministres, issus des 195 Etats de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), s’en sont emparés dès dimanche, avec l’espoir de conclure, le 11 décembre à 18 heures, un accord universel et contraignant, apte àmaintenir le réchauffement planétaire sous le seuil des 2 °C.

« Le projet reste à approfondir et à concrétiser d’ici vendredi, a expliqué le président de la COP21 à la tribune de l’assemblée. En fait, d’ici jeudi au plus tard, pour respecter les délais nécessaires à la validation juridique du texte par les pays et à son indispensable traduction. »

  • Quelle est la méthode adoptée pour parvenir à un accord ?

Ce calendrier serré a peu de chance d’être tenu sans une méthode pointue. M. Fabius en a esquissé les grandes lignes samedi soir. Un « comité de Paris », placé sous sa présidence, se réunira au moins une fois par jour afin de faire le point sur l’avancée des négociations. Il prendra la forme d’une « instance unique ouverte à tous, dont les travaux seront retransmis [sur les écrans disposés dans les couloirs du Bourget] », a précisé le chef de la diplomatie française, qui semble avoir tiré les leçons de la dernière session de Bonn, mi-octobre.

Exclus des réunions de travail à la demande de certains pays, les observateurs de la société civile avaient alors exigé du secrétariat de la CCNUCC qu’il assure plus de transparence pendant la conférence de Paris. « On a vu, toute la première semaine, les gens suivre les débats sur les écrans de télévision à l’extérieur des salles. On va essayer d’ouvrir le plus possible les travaux », dit-on dans l’équipe de la COP21.

L’idée d’un comité de pilotage, où soient rapportés régulièrement les avancées et les obstacles de la négociation, n’est pas nouvelle. « Le format ressemble à celui de Durban », s’est même félicitée la déléguée sud-africaine et porte-parole du G77 + Chine (la large coalition de 134 pays en développement), Nozipho Mxakato Diseko. « Ce comité a un rôle décisif, insiste Laurence Tubiana, la chef négociatrice pour la France. Il est le garant d’une vision globale des débats. Pendant plus d’un an et demi, le travail s’est fait en silo, sur des points très précis. »

Lire aussi : Laurence Tubiana, de l’énergie pour le climat

  • Quels sont les points qu’il reste à régler ?

Ce pragmatisme est fait « de choses qu’on invente sur le moment et d’éléments rodés depuis plusieurs mois », explique cette même source de l’équipe de la COP21. L’équipe entourant Laurent Fabius et Laurence Tubiana a mis à profit les réunions ministérielles organisées à Paris en juillet, en septembre et au moment de la pré-COP du 8 au 10 novembre, pour tester des idées.

Les quatre groupes thématiques présidés par des ministres « cofacilitateurs » du Nord et du Sud, qui se sont réunis une première fois dimanche, s’en sont inspirés. Ils ont pour mission de régler les grands dossiers du projet d’accord : les « moyens de mise en œuvre », autrement dit les questions de financement et de transfert de technologies ; le thème de la différenciation, qui renvoie à la responsabilité historique des pays développés dans les émissions de gaz à effet de serre ; l’« ambition » de l’accord, son objectif de long terme et sesmécanismes de révision ; les actions à prendre avant 2020, date prévue d’entrée en vigueur de l’accord.

 

Comme les négociateurs cofaciliateurs de la première semaine, ces binômes ministériels sont l’une des clés de la stratégie française. Plusieurs d’entre eux sont bien connus de l’équipe de la COP21, qui a consulté les présidences de COP antérieures, notamment les Mexicains de Cancun, les Sud-Africains de Durban et les Danois de Copenhague. « Ce casting ministériel s’est fait, bien sûr, dans le respect des équilibres géopolitiques et régionaux, mais c’est aussi une affaire d’hommes et de femmes qualifiés pour ouvrir la voie au compromis », explique Mme Tubiana.

« Le ministre Fabius est l’homme des heures à venir, estime Jennifer Morgan, la directrice du programme climat du think tank américain World Resources Institute. La présidence française a construit les conditions d’un accord, maintenant elle se met vraiment à la tâche. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cop21/article/2015/12/07/cop21-paris-change-de-methode-pour-la-deuxieme-semaine-de-debats_4826198_4527432.html#QiA3bTiTHEKObR3X.99

Article repéré par Jean-Christophe Delhaye

Le recyclage des déchets nous transporte…Jean-Christophe Delhaye, Bruxelles

Le recyclage des déchets nous transporte

L’industrie automobile est très exigeante quant à la qualité des matériaux utilisés pour la construction des véhicules. Or, elle fait de plus en plus appel à la valorisation et au recyclage, démontrant ainsi les progrès accomplis dans ce domaine.Illustration avec le constructeur Renault.

JP-Hermine
Le recyclage des déchets nous transporte! Jean-Christophe Delhaye

Le recyclage des déchets nous transporte

3 questions à Jean-Philippe Hermine, directeur Stratégie et Plan environnement du groupe Renault et président de la filiale Renault Environnement

Que représente l’économie circulaire pour Renault ?
Renault est engagé depuis six ans dans une démarche pionnière d’économie circulaire. Le Groupe met en place des boucles de production pour faire des voitures en fin de vie de véritables gisements de matériaux qui serviront à produire de nouvelles voitures. Cela nécessite beaucoup de recherche et développement : il faut identifier et maîtriser les gisements à valoriser pour pouvoir nous alimenter en flux compatibles avec nos usages, élaborer des procédés de transformation qui donnent aux matériaux recyclés les mêmes qualités que les vierges, et voir comment appliquer ces matériaux à de nouveaux véhicules.
Nous avons travaillé, notamment, sur les matières métalliques – ce qui nous a permis de devenir autonomes en cuivre pour toutes nos fonderies européennes –, les platinoïdes utilisés pour fabriquer les pots catalytiques, et les plastiques, qui représentent aujourd’hui 12 % de la masse véhicule. Renault développe aussi ce qu’on appelle le remanufacturing, fondé sur la remise en état comme neuves de pièces récupérées sur des véhicules en réparation. Cette activité, portée par une usine dédiée qui emploie 300 personnes, se traduit chaque année par la construction de 15 000 moteurs et 15 000 boîtes de vitesses à partir d’anciens modèles.

Quels sont les enjeux de cette démarche pour votre Groupe ?
Ils sont à la fois écologiques et économiques. Notre objectif est de préserver l’environnement mais aussi d’améliorer notre compétitivité, notamment en nous affranchissant de la hausse des coûts des matières premières. L’économie circulaire crée de la valeur nouvelle : grâce au réemploi, par exemple, nous pouvons proposer des pièces de réparation qui bénéficient des mêmes garanties que les pièces neuves, mais qui coûtent de 50 à 80 % moins cher, ce qui fidélise nos clients. En outre, fabriquer ces pièces nécessite beaucoup moins d’eau et d’énergie.

Renault et SUEZ copilotent Indra, une entreprise de recyclage des véhicules hors d’usage : quel sens donnez-vous à ce partenariat ?
Les partenariats nous permettent d’agir concrètement pour faire progresser notre démarche d’économie circulaire et apporter des plus-values à la filière en conjuguant les expertises. Avec Indra, par exemple, nous avons associé les compétences de Renault et de SUEZ pour augmenter la part des plastiques recyclés issus des véhicules en fin de vie.
Notre objectif est d’atteindre un taux de valorisation de 95 %.

COP 21 Paris : 21 SOLUTIONS CONCRÈTES D’ÉCONOMIE CIRCULAIRE! Jean-Christophe Delhaye Bruxelles

JeanChristopheDelhaye

L’énergie verte issue de 5kg de déchets ménagers fera pousser 1kg de tomates

 

Jean-Christophe Delhaye

Smart Cities : quand les villes vous épient ! Jean-Christophe Delhaye,Bruxelles

smart-cities-paris-684x250.jpg

Comment préserver sa vie privée dans des villes ultra-connectées et bardées de capteurs ? Un problème qui nécessitera un solide encadrement règlementaire.

Anusha Rahman, ministre des TIC pakistanais, s’est exprimée sur la scène du Smart City Congress de Barcelone, choisissant le très stratégique sujet des données personnelles.

« Plus grande est notre dépendance à l’égard de l’infrastructure numérique, plus grande est notre vulnérabilité », rappelait-elle alors, visant le système de surveillance biométrique indien de masse Aaadhaar, qui permet de lier des données personnelles à la fiche d’un citoyen, et de les partager et exploiter à qui mieux mieux.

Le problème réside en grande partie dans l’absence de règles portant sur le traitement des données collectées, explique Cities of the Future. Un panel d’experts du Smart City Congress a ainsi montré qu’aucun des exposants présents sur le salon n’a sécurisé son processus de collecte de données. Un seul prend en compte la problématique des données personnelles.

Exploitation de données hors contrôle

Et c’est sans compter sur le devenir des données recueillies. LinkNYC propose ainsi du Wi-Fi gratuit à New York, mais financé par une exploitation massive des données des utilisateurs se connectant à son réseau. Un phénomène classique avec les réseaux Wi-Fi ouverts.

L’arrivée des Smart Cities multiplie les capteurs, à un point tel qu’il est possible de retracer le parcours d’une personne, en recoupant les données renvoyées par ces capteurs, les bornes Wi-Fi et autres appareils connectés. « Ce ne sont pas vos données, vous savez ? » rappelle fort justement Cities of the Future.

À lire aussi :
La collecte de données personnelles inquiète les Français
Amazon Underground : échange données personnelles contre applications gratuites
Pourquoi Windows 10 est une porte ouverte sur vos données personnelles

Crédit photo : © CristinaMurana – Shutterstock

Recueilli par Jean-Christophe Delhaye,Bruxelles
En savoir plus sur http://www.silicon.fr/smart-cities-villes-epient-132835.html#zKqPtxVL5c5VEwSm.99