2017 : Une année … circulaire ;) / Jean-Christophe Delhaye

3e1e45f2-12d7-4894-821e-0e105c4cc03a

Alors que 2017 ouvre ses portes à nos voeux les plus chers , pourquoi ne pas nous souhaiter une année 2017 riche en initiatives positives et constructives… en économie circulaire?

Une nouvelle année avec des projets porteurs d’avenir tels que ceux dont nous avons l’habitude de partager ici régulièrement,chers lecteurs.

Une année où ‘penser intelligent’ rime avec rationalité dans nos habitudes et nos usages de consommateurs pardon de consomm’acteurs !

Alors oui,’osons l’avenir’ ensemble pour un monde où l’humain deviendra le vecteur d’idées pour un meilleur ‘vivre ensemble’.

Voeux pieux?

Et pourquoi pas oser l’utopie afin de la transformer en réalité?

Il n’en tient qu’à nous … tous 🙂

 

Bonne et heureuse année 2017!

Jean-Christophe Delhaye

 

Quelques vidéos sur la chaîne Youtube ‘Jean-Christophe Delhaye’ à visionner en ces temps hivernaux, bien au chaud 😉

biodiversité/documentaires 2016/Jean-Christophe Delhaye

Ecovillages Colombie / COP22 / Jean-Christophe Delhaye

COP22/COP 22 environnement ONU/Jean-Christophe Delhaye

Sauvegarde de l’environnement / Jean-Christophe Delhaye

Bons visionnages à vous tous et Happy 2017 ! Jean-Christophe Delhaye

Alors que se profile, en juin 2017, un événement international à Luxembourg, le Grand-Duché peaufine ses actions en matière d’économie circulaire. Jean-Christophe Delhaye

L’économie circulaire en cinq chiffres par Jean-Christophe Delhaye

Le compte à rebours est lancé. Dans six mois, presque jour pour jour, le Grand-Duché sera l’hôte du Luxembourg Circular Economy Hotspot 2017, un rendez-vous international qui réunira plus de 200 experts venant du monde entier. «Une belle opportunité pour le Grand-Duché de se positionner sur l’échiquier international», se réjouit d’avance la secrétaire d’État à l’Économie Francine Closener. «Cela contribuera sans doute à la promotion du Luxembourg comme un pays précurseur où de nouveaux modèles d’entreprises basés sur le principe du produit comme service deviennent peu à peu la norme.»

L’économie circulaire tourne bien au Luxembourg, et même si elle ne crève pas l’écran, les initiatives qui y sont liées sont de plus en plus nombreuses et spontanées. «On sent un décollage sur plein de niveaux. Les choses bougent et ce n’est pas un hasard si cette tendance apparaît de manière transversale dans l’étude Rifkin», constate Romain Poulles, président du Luxembourg EcoInnovation Cluster, qui sera le coordinateur de l’événement programmé du 20 au 22 juin 2017.«Le grand défi est d’être capable de repositionner l’Homme au cœur de toute initiative. Se demander ce qui est important pour lui avant d’entamer les réflexions sur la construction d’un bâtiment ou le lancement d’un service. La notion de ‘smart’ ne doit rien être d’autre qu’un ‘moyen au service de’. Parler de smart citizens plutôt que de smart cities et garder à l’esprit que l’ICT, par exemple, doit être au service de quelque chose et non pas une fin en soi.»

En février 2015, le gouvernement présentait une étude sur le potentiel de l’économie circulaire. «Depuis, il y a eu une évolution positive combinée à une prise de conscience générale, à la fois au niveau des entreprises, des citoyens et aussi au niveau du secteur public», note Francine Closener. Pour piloter et accompagner la mise en œuvre d’un plan d’action structuré, un groupe stratégique pour l’économie circulaire a été mis en place, qu’elle préside conjointement avec le secrétaire d’État au Développement durable et aux Infrastructures Camille Gira.

Parallèlement, les initiatives nationales se sont multipliées: le programme Fit4Circularity pour soutenir les PME dans leurs démarches; le développement du circular hot spot à Wiltz (avec une zone d’activités économiques, un quartier résidentiel, un bâtiment d’appartements, un Repair Café ou encore un Fab Lab…); le déploiement de quelque 100.000 compteurs intelligents afin de mesurer la consommation d’électricité et de gaz naturel et la réutilisation des «vieux» compteurs pour fabriquer de nouveaux produits; l’extension en cours de la zone d’activités économiques de Eselborn/Lentzweiler avec l’objectif de créer un guide des bonnes pratiques qui sera ensuite applicable à n’importe quelle autre zone d’activités… La liste est loin d’être exhaustive.

«Un des projets phares dont on ne parle pas beaucoup concerne le Luxembourg Automotive Campus de Bissen», ajoute Romain Poulles. «Un appel à candidatures vient d’être lancé pour la construction d’un bâtiment pilote qui rassemblerait toutes les fonctions communes du site: centre d’événement, salles de réunion, restauration, laboratoires communs… Ce sera une réalisation exemplaire en termes d’économie circulaire et, d’ailleurs, c’est tout le masterplan du site qui est en train d’être revu pour devenir ‘circulaire’.»

La multiplication des initiatives et des projets pilotes a également pour objectif de peaufiner les aspects juridiques, légaux ou techniques qui peuvent encore faire obstacle au déploiement d’un tel concept à grande échelle dans le pays. «À l’avenir, les pratiques de passation des marchés publics tiendront davantage compte des principes de l’économie circulaire», indique Mme Closener, attentive par ailleurs à ce que les autres pays font en la matière, et dans l’attente de l’annonce, par la Commission européenne, d’un train de mesures définitif sur l’économie circulaire.

Les entreprises aussi s’y mettent directement: Chaux de Contern propose désormais des services liés au revêtement; Astron développe un projet de parking à Esch en ayant pris des engagements fermes sur la récupération de la structure métallique à des prix fixés au départ, ce qui allège la facture du prêt pour les investisseurs… là encore, la liste est loin d’être exhaustive.

Quant aux communes, 2017 sera, pour certaines d’entre elles, une phase de tests dans le cadre du Pacte climat (que seule Weiswampach n’a pas signé) pour la mise en application de réflexions liées à l’économie circulaire selon plusieurs critères, entre autres l’économie de services, la réutilisation des ressources ou encore la flexibilité des bâtiments. Objectif: généraliser ces pratiques à partir de 2018. «Luxembourg sera alors le premier pays au monde à fournir un cadre pour développer et stimuler les idées de l’économie circulaire dans les communes», se réjouit d’avance Romain Poulles.
Le Grand-Duché a encore plus d’un tour dans son sac pour se différencier à l’échelle mondiale…

Jean-Christophe Delhaye

L’économie circulaire en cinq chiffres: jean-christophe-delhaye-environnement-economie-circulaire-luxembourg-2016

Présentation de l’économie circulaire (Jean-Christophe Delhaye)

Jean-Christophe Delhaye nous fait découvrir toute l’actualité récente environnementale.
Avec une approche plus pointue et diversifiée sur l’économie circulaire dans le quotidien de chacun…
Une économie porteuse d’avenir et d’emplois nouveaux.
Jean Christophe Delhaye

economie-circulaire-schema-Jean Christophe DelhayeUne économie circulaire propose de contrôler tous les flux dans le but de reproduire autant que possible le fonctionnement cyclique des écosystèmes naturels. Son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommationet le gaspillage des matières premières, et des sources d’énergies non renouvelables. Il s’agit donc de déployer une nouvelle économie circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie. (Définition du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie français)

L’économie circulaire fait référence à un panel de concepts, certains étant connus et appliqués aujourd’hui, d’autres étant plus innovants :

  • le réemploi,
  • le recyclage,
  • l’écologie industrielle qui permettra à des déchets d’une entreprise d’être reconvertis en matières premières d’une autre industrie ou de la même,
  • l’éco-conception vise à adopter une approche innovante : dès la conception du bien, une analyse de chaque étape du cycle de vie du bien est réalisée afin de minimiser les impacts environnementaux et d’optimaliser le réemploi voire le recyclage.

Cette remise en question du business model d’une entreprise peut mener vers une seconde approche : l’économie de fonctionnalité (ou économie de l’usage). L’économie actuelle se base sur la vente du bien au consommateur qui en devient propriétaire. L’économie de fonctionnalité remplace cette notion par celle de la vente de l’usage du bien et incite, par conséquent, les entreprises à aller à l’encontre de l’obsolescence programmée, à optimiser la consommation d’énergie, de matières premières, d’eau, etc.

Economie circulaire et économie de fonctionnalité sont donc intimement liées. L’économie circulaire implique donc une stratégie globale, cohérente, de la conception à la récupération du bien et pouvant mener jusqu’à la redéfinition du mode de consommation du bien.

Jean-Christophe Delhaye

 

PS: Quelques liens utiles (régulièrement mis à jour) sur ma chaîne de vidéos Youtube

a) L’ éco-conception/Jean-Christophe Delhaye

https://www.youtube.com/playlist?list=PLBGNFkOOEyhTPzwGXxCiqtZmbSWJQRGL

b) Economie Circulaire/Circular Economy/Circulaire Economie/Jean-Christophe Delhaye

 

c) Campagne « Ça suffit le gâchis » le supermarché!

(Campagne ADEME France Jean-Christophe Delhaye )

https://youtu.be/Gb04ghrVqeU

 

d) Biodiversité Veolia par Jean-Christophe Delhaye

e) La permaculture, l’agriculture urbaine du futur?/ Jean-Christophe Delhaye

ÉCONOMIE CIRCULAIRE : UNE MODIFICATION DES RAPPORTS ENTRE DONNEURS D’ORDRE ET FOURNISSEURS. Jean-Christophe Delhaye

ÉCONOMIE CIRCULAIRE :

UNE MODIFICATION DES RAPPORTS ENTRE DONNEURS D’ORDRE ET FOURNISSEURS. Jean-Christophe Delhaye

Le concept d’économie circulaire fait son chemin. De nombreuses entreprises se tournent vers ce nouveau modèle et de plus en plus d’études sont publiées pour en démontrer les bienfaits. C’est le cas du programme Peak, un observatoire des relations collaboratives. Celui-ci a mandaté le cabinet Correl pour étudier sur le terrain l’influence de projets d’économie circulaire sur les rapports de force entre donneurs d’ordre et fournisseurs (1). Edifiant. Et réjouissant.

csm_Usine_recyclage_papier_Courneuve_paprec_Miguel_Medina_AFP_0455f08499.jpg

Usine de recyclage de papier du groupe Paprec, à la Courneuve.
Miguel Medina / AFP

Avec l’économie circulaire naît une nouvelle forme de relation, dite collaborative, entre les donneurs d’ordre et les fournisseurs. Elle se caractérise par un engagement à long terme, un partage des risques, la création commune de connaissances, la transparence, le partage des ressources et le partage de la valeur. « L’économie circulaire nourrit la confiance, analyse Fabienne Grebert, du cabinet Correl. On peut même se demander si la relation donneur d’ordre – fournisseur a encore du sens alors que, dans ce type de démarche, le premier devient fournisseur de matières du second ! »

« La relation que nous entretenons avec le groupe Renault est la même que celle que nous aurions pu avoir avec une PME : très franche et très directe » assure David Ravet, responsable développement chez MTB. Une relation qui n’a rien d’évident quand l’on sait que cette entreprise spécialisée dans le recyclage et la valorisation des déchets industriels n’emploie « que » 120 personnes. Et que jusqu’à présent MTB fonctionnait surtout à l’export, avec peu de visibilité auprès des grands groupes. L’astuce ? Depuis 2011, les deux sociétés collaborent dans des projets d’économie circulaire pour valoriser le cuivre, les moteurs ou les boîtes de vitesses issus des véhicules en fin de vie. Ces projets, « axés sur l’innovation et le partage fonctionnent comme des partenariats où les intérêts sont communs ». Et pour David Ravet, « c’est du gagnant-gagnant ».

 

Eliminer les rapports de domination

 

L’histoire s’est répétée dans une relation triangulaire avec la SNCF, dans le cadre du projet ValTex. Les 3 entreprises collaborent pour transformer les mousses, textiles issus des véhicules et des trains et autres uniformes, en de nouveaux produits, comme des isolants acoustiques. « Nous avons tissé une relations très étroite, de confiance, entre nous. Nous partageons nos connaissances mais aussi les risques liés au lancement d’un nouveau produit sur le marché », assure Toni Gallone, responsable industriel chez Renault Environnement.

A la SNCF, les projets d’économie circulaire ont permis une ouverture de l’entreprise vers l’extérieur et une prise de conscience sur les matières, estime de son côté Cyrille Blard, responsable industrialisation des produits de dépose. « On sort de notre cocon pour construire un autre dialogue avec le fournisseur. Cela nous demande de nous adapter » précise-t-il. De fait, dans ce projet, l’engagement avec les autres entreprises porte sur des quantités précises. Et sur une durée plus longue : dix ans, contre cinq ans maximum habituellement. Ce nouveau type de relation s’est observé dans les autres entreprises étudiées par le cabinet. Qui conclut : « L’instauration de boucles matières fermées ou ouvertes crée une interdépendance entre les acteurs économiques et participe à l’élimination de rapports de domination entre acteurs ».

 

(1)  29 entretiens semi-directifs menés pendant plusieurs mois auprès d’entreprises et d’organisations publiques engagées dans des projets d’économie circulaire.

Concepcion Alvarez. Article initialement paru dans L’essentiel de la RSE n°111 (octobre-décembre 2015)

 

 

Paris 2015/COP 21 – La COP dessinée. Jean-Christophe Delhaye

Chaque jour, retrouvez les coulisses, et des moments off de la COP21, dessinés par notre envoyé spécial Michael Prigent. Samedi 12 décembre (…)

Chaque jour, retrouvez les coulisses, et des moments off de la COP21, dessinés par notre envoyé spécial Michael Prigent. Samedi 12 décembre (…)

Sourced through Scoop.it from: www.diplomatie.gouv.fr

Vendre un service au lieu de vendre des produits, un nouveau modèle de production durable qui fait son chemin.Jean-Christophe Delhaye

See on Scoop.itEconomie Circulaire par Jean-Christophe Delhaye + #COP21

3 Nov Creating a Circular Economy with Zero Waste Technologies. (Jean-Christophe Delhaye)

A world with increasing demand means more waste. The existing technology we have only produces more goods with heaps of waste as a by-product. The linear eco…

A world with increasing demand means more waste. The existing technology we have only produces more goods with heaps of waste as a by-product. The linear eco…

Sourced through Scoop.it from: www.youtube.com

3 Nov Creating a Circular Economy with Zero Waste Technologies. (Jean-Christophe Delhaye)

See on Scoop.itEconomie Circulaire par Jean-Christophe Delhaye + #COP21

Final draft of climate deal unveiled in #Paris #COP21   – CNN.com Jean-Christophe Delhaye

After years of buildup and weeks of negotiations, diplomats issued a final draft of a climate change agreement Saturday that the French foreign minister described as « fair … and legally binding. »

After years of buildup and weeks of negotiations, diplomats issued a final draft of a climate change agreement Saturday that the French foreign minister described as « fair … and legally binding. »

Sourced through Scoop.it from: edition.cnn.com

Final draft of climate deal unveiled in #Paris #COP21   – CNN.com Jean-Christophe Delhaye