2017 : Une année … circulaire ;) / Jean-Christophe Delhaye

3e1e45f2-12d7-4894-821e-0e105c4cc03a

Alors que 2017 ouvre ses portes à nos voeux les plus chers , pourquoi ne pas nous souhaiter une année 2017 riche en initiatives positives et constructives… en économie circulaire?

Une nouvelle année avec des projets porteurs d’avenir tels que ceux dont nous avons l’habitude de partager ici régulièrement,chers lecteurs.

Une année où ‘penser intelligent’ rime avec rationalité dans nos habitudes et nos usages de consommateurs pardon de consomm’acteurs !

Alors oui,’osons l’avenir’ ensemble pour un monde où l’humain deviendra le vecteur d’idées pour un meilleur ‘vivre ensemble’.

Voeux pieux?

Et pourquoi pas oser l’utopie afin de la transformer en réalité?

Il n’en tient qu’à nous … tous 🙂

 

Bonne et heureuse année 2017!

Jean-Christophe Delhaye

 

Quelques vidéos sur la chaîne Youtube ‘Jean-Christophe Delhaye’ à visionner en ces temps hivernaux, bien au chaud 😉

biodiversité/documentaires 2016/Jean-Christophe Delhaye

Ecovillages Colombie / COP22 / Jean-Christophe Delhaye

COP22/COP 22 environnement ONU/Jean-Christophe Delhaye

Sauvegarde de l’environnement / Jean-Christophe Delhaye

Bons visionnages à vous tous et Happy 2017 ! Jean-Christophe Delhaye

The promise of a digitally enabled circular economy. Jean-Christophe Delhaye

Voici un article paru récemment en anglais démontrant le lien innovation-économie circulaire comme indissociable d’un futur sociétal plus prometteur.

Je vous laisse en faire lecture et,n’hésitez pas,si vous avez quelques questions/suggestions à me les transmettre sans hésitation 😉

Au plaisir de vous lire,chers lecteurs de ce point d’info modeste mais ô combien utile sur l’économie circulaire au quotidien

A très bientôt, Jean-Christophe Delhaye

city_motion_sahachanilkumhang_sstock-jean-christophe-delhaye

 

 

Where is innovation heading in the 21st century? For every new technology poised to reinvent the way we live, work and interact, there seem to be many more incremental or even superficial improvements, rolled out by businesses wrestling for customer dollars. 

Enter the circular economy: a rich and largely untapped seam of innovation that not only works for businesses, citizens and governments, but also can support the switch to a positive development path for the global economy. 

This comes at a time when the linear « take-make-dispose » model that worked so well for so many is starting to reveal its limitations. A loud chorus, dispersed across countries and industries, is calling for a new model, one that embraces feedback, encourages regeneration and facilitates access and abundance.

The digital revolution holds a lot of promise for this circular economy, and there’s good reason to be optimistic about the future, in which emergent trends in technology and computing enable us to move to a model that understands and harnesses flows of resources, energy and information, creating the conditions for a new 21st century prosperity.

 

In the past six years, this has gone beyond theory alone. In the 2015 study Growth Within: A circular economy vision for a competitive Europe (PDF), the Ellen MacArthur Foundation, McKinsey and SUN estimated that the circular economy could be worth 1.8 trillion euros to Europe by 2030. That’s just over $2 trillion, or roughly the GDP of India.

What’s more, Growth Within suggested that the lion’s share of the economic opportunity highlighted in the report is directly linked to technological advances. Tracking systems and mobile apps, whether as a key driver or a convenience factor, allow for a considerable jump in asset use rates as well as material flows optimization, the benefits of which add up to $1.35 trillion   two-thirds of the overall potential.

[Learn more about the circular economy at VERGE 16, Sept. 19 to 22, in Santa Clara, California.]

So these new tools and techniques are helping businesses take practical steps to support the transition to a circular economy, but the connection is even more profound. As Samuel Arbesmn stresses in his recent book « Overcomplicated, » the more we understand digital networks, the more we realize that it’s not enough to make isolated tweaks and expect improvement or a quick fix.

That means that if we really want to tackle the difficult economic, social and environmental problems of today and tomorrow, then systems thinking skills, in conjunction with the technology to understand systems, will be essential to build resilience and thrive in an uncertain future. 

William McDonough has stressed how businesses first should identify their values and principles before setting targets or objectives, and this philosophy also should be applied to the digital revolution. While the pace of innovation around areas such as the Internet of Things, automation, cloud computing, deep learning and digital fabrication is undoubtedly rapid, without an overarching set of principles, we’ll remain on a primarily linear development path.

 

This would only scratch the surface of the potential benefits found when the digital revolution unfolds in concert with the circular economy. The following principles could provide much-needed vision for current disruptive trends:

Preserve and enhance natural capital by managing finite stocks and balancing renewable resource flows.

Optimize resource yields by circulating products, components and materials at the highest utility and value at all times in both technical and biological cycles.

Foster system effectiveness by revealing and designing out negative externalities.

What does this mean in practice?

This could mean more access to services and at the same time less material consumption. One car benefiting five users, through a sharing platform, is the obvious example. It’s not so much how much stuff you manage to sell, it’s how you manage the assets to make the most of them and generate revenue through service provision.

Some pioneers are already thinking this way — just take a look at Elon Musk’s latest Tesla strategy, which covers renewable energy, accessible mobility and « enabling your car to make money for you when you aren’t using it. »

Rather than consuming materials and extracting value from selling assets, we can foresee a regenerative model which maintains and builds capital. This includes natural capital; applying technology not just to increase efficiency and « do less bad, » but to monitor land degradation, localized and specialised management of nutrient loops, and biodiversity.

 

At the heart of the circular economy lies design for product life extension through restorative activities such as repair and remanufacturing, or for the recovery of material value. This becomes possible when IT is powerful and pervasive enough to enable those loops, when smart and connected objects not only can perform tasks, but also give information regarding what they’re made of, where they are and how they can be upgraded or repaired. In a way, you could say that in the pre-digital world we used to work for materials, and now materials work for us. 

The first Industrial Revolution was about steam, water mills and the first age of machines. The second one introduced electricity, which during the second half of the 20th century morphed into electronics, ICT and automation, or the third revolution.

The deep transformation we’re experiencing now is sometimes called the fourth Industrial Revolution, and its digital backbone has the potential to profoundly transform our relationship with the material world. Guided by the circular economy framework, it can put us on a positive path to a regenerative economy.

Jean-Christophe Delhaye

jeanchristophedelhaye.wordpress.com

Présentation de l’économie circulaire (Jean-Christophe Delhaye)

Jean-Christophe Delhaye nous fait découvrir toute l’actualité récente environnementale.
Avec une approche plus pointue et diversifiée sur l’économie circulaire dans le quotidien de chacun…
Une économie porteuse d’avenir et d’emplois nouveaux.
Jean Christophe Delhaye

economie-circulaire-schema-Jean Christophe DelhayeUne économie circulaire propose de contrôler tous les flux dans le but de reproduire autant que possible le fonctionnement cyclique des écosystèmes naturels. Son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommationet le gaspillage des matières premières, et des sources d’énergies non renouvelables. Il s’agit donc de déployer une nouvelle économie circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie. (Définition du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie français)

L’économie circulaire fait référence à un panel de concepts, certains étant connus et appliqués aujourd’hui, d’autres étant plus innovants :

  • le réemploi,
  • le recyclage,
  • l’écologie industrielle qui permettra à des déchets d’une entreprise d’être reconvertis en matières premières d’une autre industrie ou de la même,
  • l’éco-conception vise à adopter une approche innovante : dès la conception du bien, une analyse de chaque étape du cycle de vie du bien est réalisée afin de minimiser les impacts environnementaux et d’optimaliser le réemploi voire le recyclage.

Cette remise en question du business model d’une entreprise peut mener vers une seconde approche : l’économie de fonctionnalité (ou économie de l’usage). L’économie actuelle se base sur la vente du bien au consommateur qui en devient propriétaire. L’économie de fonctionnalité remplace cette notion par celle de la vente de l’usage du bien et incite, par conséquent, les entreprises à aller à l’encontre de l’obsolescence programmée, à optimiser la consommation d’énergie, de matières premières, d’eau, etc.

Economie circulaire et économie de fonctionnalité sont donc intimement liées. L’économie circulaire implique donc une stratégie globale, cohérente, de la conception à la récupération du bien et pouvant mener jusqu’à la redéfinition du mode de consommation du bien.

Jean-Christophe Delhaye

 

PS: Quelques liens utiles (régulièrement mis à jour) sur ma chaîne de vidéos Youtube

a) L’ éco-conception/Jean-Christophe Delhaye

https://www.youtube.com/playlist?list=PLBGNFkOOEyhTPzwGXxCiqtZmbSWJQRGL

b) Economie Circulaire/Circular Economy/Circulaire Economie/Jean-Christophe Delhaye

 

c) Campagne « Ça suffit le gâchis » le supermarché!

(Campagne ADEME France Jean-Christophe Delhaye )

https://youtu.be/Gb04ghrVqeU

 

d) Biodiversité Veolia par Jean-Christophe Delhaye

e) La permaculture, l’agriculture urbaine du futur?/ Jean-Christophe Delhaye

Chaîne Youtube de Jean-Christophe Delhaye

youtube

 

Voici quelques liens de vidéos Youtube (Chaîne Jean-Christophe Delhaye) relatives à l’économie circulaire

Here some recent articles related to Circular Economy & Environment on my Youtube Channel (Jean-Christophe Delhaye)

Liens de vidéos sélectionnées pour vous (Jean-Christophe Delhaye) :

https://www.youtube.com/channel/UCrARIrhws0fcPlL1tFVeAmg

https://www.youtube.com/watch?v=vuxJ2aZmJas&list=PLBGNFkOOEyhSQrO1pHKdUW_k8QZw3rD99

 

Merci et à très bientôt! Jean-Christophe Delhaye

https://jeanchristophedelhaye.wordpress.com/2016/01/12/liste-de-quelques-articles-a-decouvrir-sur-leconomie-circulaire-a-vous-de-juger-jean-christophe-delhaye/

http://www.scoop.it/t/economie-circulaire-6/p/4058031517/2016/01/10/economiereelle-qu-est-ce-que-l-economie-circulaire-jean-christophe-delhaye

Smart Cities : Issy-les-Moulineaux et Lyon parmi les 15 villes européennes les plus avancées! Jean-Christophe Delhaye

La Commission européenne et le Ministère chinois de l’industrie et des technologies ont publié une étude comparative sur les projets de smart city mis en œuvre dans 15 villes chinoises et 15 villes européennes.

Continuer à lire … « Smart Cities : Issy-les-Moulineaux et Lyon parmi les 15 villes européennes les plus avancées! Jean-Christophe Delhaye »

ÉCONOMIE CIRCULAIRE : UNE MODIFICATION DES RAPPORTS ENTRE DONNEURS D’ORDRE ET FOURNISSEURS. Jean-Christophe Delhaye

ÉCONOMIE CIRCULAIRE :

UNE MODIFICATION DES RAPPORTS ENTRE DONNEURS D’ORDRE ET FOURNISSEURS. Jean-Christophe Delhaye

Le concept d’économie circulaire fait son chemin. De nombreuses entreprises se tournent vers ce nouveau modèle et de plus en plus d’études sont publiées pour en démontrer les bienfaits. C’est le cas du programme Peak, un observatoire des relations collaboratives. Celui-ci a mandaté le cabinet Correl pour étudier sur le terrain l’influence de projets d’économie circulaire sur les rapports de force entre donneurs d’ordre et fournisseurs (1). Edifiant. Et réjouissant.

csm_Usine_recyclage_papier_Courneuve_paprec_Miguel_Medina_AFP_0455f08499.jpg

Usine de recyclage de papier du groupe Paprec, à la Courneuve.
Miguel Medina / AFP

Avec l’économie circulaire naît une nouvelle forme de relation, dite collaborative, entre les donneurs d’ordre et les fournisseurs. Elle se caractérise par un engagement à long terme, un partage des risques, la création commune de connaissances, la transparence, le partage des ressources et le partage de la valeur. « L’économie circulaire nourrit la confiance, analyse Fabienne Grebert, du cabinet Correl. On peut même se demander si la relation donneur d’ordre – fournisseur a encore du sens alors que, dans ce type de démarche, le premier devient fournisseur de matières du second ! »

« La relation que nous entretenons avec le groupe Renault est la même que celle que nous aurions pu avoir avec une PME : très franche et très directe » assure David Ravet, responsable développement chez MTB. Une relation qui n’a rien d’évident quand l’on sait que cette entreprise spécialisée dans le recyclage et la valorisation des déchets industriels n’emploie « que » 120 personnes. Et que jusqu’à présent MTB fonctionnait surtout à l’export, avec peu de visibilité auprès des grands groupes. L’astuce ? Depuis 2011, les deux sociétés collaborent dans des projets d’économie circulaire pour valoriser le cuivre, les moteurs ou les boîtes de vitesses issus des véhicules en fin de vie. Ces projets, « axés sur l’innovation et le partage fonctionnent comme des partenariats où les intérêts sont communs ». Et pour David Ravet, « c’est du gagnant-gagnant ».

 

Eliminer les rapports de domination

 

L’histoire s’est répétée dans une relation triangulaire avec la SNCF, dans le cadre du projet ValTex. Les 3 entreprises collaborent pour transformer les mousses, textiles issus des véhicules et des trains et autres uniformes, en de nouveaux produits, comme des isolants acoustiques. « Nous avons tissé une relations très étroite, de confiance, entre nous. Nous partageons nos connaissances mais aussi les risques liés au lancement d’un nouveau produit sur le marché », assure Toni Gallone, responsable industriel chez Renault Environnement.

A la SNCF, les projets d’économie circulaire ont permis une ouverture de l’entreprise vers l’extérieur et une prise de conscience sur les matières, estime de son côté Cyrille Blard, responsable industrialisation des produits de dépose. « On sort de notre cocon pour construire un autre dialogue avec le fournisseur. Cela nous demande de nous adapter » précise-t-il. De fait, dans ce projet, l’engagement avec les autres entreprises porte sur des quantités précises. Et sur une durée plus longue : dix ans, contre cinq ans maximum habituellement. Ce nouveau type de relation s’est observé dans les autres entreprises étudiées par le cabinet. Qui conclut : « L’instauration de boucles matières fermées ou ouvertes crée une interdépendance entre les acteurs économiques et participe à l’élimination de rapports de domination entre acteurs ».

 

(1)  29 entretiens semi-directifs menés pendant plusieurs mois auprès d’entreprises et d’organisations publiques engagées dans des projets d’économie circulaire.

Concepcion Alvarez. Article initialement paru dans L’essentiel de la RSE n°111 (octobre-décembre 2015)

 

 

Fabriquer des peintures qui ne polluent pas, c’est possible en Belgique! Jean-Christophe Delhaye COP21

La conférence sur le #climat, #COP21, a démarré lundi à Paris. Près de 50 000 personnes du monde entier y sont rassemblées et vont essayer de trouver un accord pour limiter le réchauffement climatique. Mais, en Belgique aussi, des personnes contribuent à la protection de l’environnement à leur échelle. C’est le cas d’Etienne Deloz…

  La conférence sur le #climat, #COP21, a démarré lundi à Paris. Près de 50 000 personnes du monde entier y sont rassemblées et vont essayer de trouver un accord pour limiter le réchauffement climatique. Mais, en Belgique aussi, des personnes contribuent à la protection de l’environnement à leur échelle. C’est le cas d’Etienne Deloz…

Sourced through Scoop.it from: jeanchristophedelhaye.wordpress.com

Fabriquer des peintures qui ne polluent pas, c’est possible en Belgique! Jean-Christophe Delhaye COP21